Parlons Vrai, Crédit Agricole, Corruption, Lanceur d'alerte, BNP-Paribas

Cette affaire est trop ancienne.

Si elle n’a pas été résolue par des personnes qualifiées, elle ne pourra aboutir.



a) Les raisons pour lesquelles le traitement de cette affaire est incroyablement long sont développées dans le texte de ma plainte pénale.

Il suffit de rappeler que la justice est extrêmement lente - certaines parties ayant parfois intérêt à jouer les prolongations en vue de lasser l’adversaire ou d’obtenir le bénéfice de prescriptions lorsque plusieurs procédures connexes se succèdent - et de dire que j’ai toujours agi avec célérité.


b) Un directeur général de banque, de qualité exceptionnelle, a réussi à m’obtenir en 2003, après plus de cinq années d’efforts, la preuve du forfait perpétré par Crédit Agricole SA. Il m’a soutenu avec courage dans la procédure que j’ai été contraint d’initier ensuite contre Crédit Agricole SA et il n’y a aucun doute qu’il aurait continué à le faire si la mort ne l’avait surpris le 30 mars 2008.


c) Il est certain qu’une nouvelle mobilisation est nécessaire, a priori facilitée par la publication de ce site qui m’a déjà permis de recevoir des soutiens précieux.

  


PARLONS VRAI ...     CRÉDIT AGRICOLE SA a manipulé la justice.


Personne ne m’a poursuivi pour diffamation.